Écriture inclusive : Jean-Michel Blanquer l’interdit officiellement à l’école

N’oubliez pas de nous soutenir ! Souverainistes.info est un média 100 % gratuit et indépendant. Nous avons besoin de votre aide pour poursuivre notre travail d’information patriote 🇫🇷 Faites-nous un don !

Le ministre de l’éducation considère que cette écriture inclusive « constitue un obstacle à la lecture et à la compréhension de l’écrit ».

Cet après-midi se tenait un débat au Sénat à la demande du groupe Les Indépendants, sur le sujet de l’écriture inclusive, avec pour thème ne laissant pas trop de doute sur le ton du dialogue : “langue d’exclusion ou exclusion par la langue.”

Pendant son tourde parole, la secrétaire d’Etat chargée de l’Education prioritaire, Nathalie Elimas, a annoncé la publication au Journal Officiel d’une circulaire par le ministère de l’Education nationale, de la jeunesse et des sports « proscrivant l’usage de l’écriture inclusive dans les enseignements. »

“Par ce que nous défendons une école véritablement inclusive, que nous mettons l’intérêt supérieur de l’élève au-dessus de tout, et que l’école doit rester un asile inviolable dans lequel les querelles des hommes ne pénètrent pas, l’écriture inclusive est proscrite dans les enseignements”, annonce la secrétaire d’Etat.

Celle-ci a précisé par la suite qu’elle ne s’opposait pas à l’évolution de la langue Française avec l’air du temps :« Je ne parle pas ici de l’évolution nécessaire de la langue et des usages consistant à accorder les fonctions et les métiers en fonction du genre. Je ne parle pas de la féminisation des noms mais de l’écriture dite inclusive. Nous parlons bien du point médian et des néologismes dits neutres comme le pronom non binaire ‘iel’. »

Le sénateur du groupe Les Indépendants-République-et Territoires Jean-Pierre Decool, a été le plus offensif contre cette écriture, émanation des “sphères bien-pensantes et politiquement correctes à l’américaine”, selon lui. Ce dernier l’accuse de « nourrir l’archipélisation de la société française […] d’asservir les droits de l’homme au profit d’une dictature de minorités défendant des intérêts particuliers. »

Une interdiction voulue par l’exécutif

Dans un entretien le 6 mai au JDD, Jean-Michel Blanquer déclarait que “Mettre des points au milieu des mots est un barrage à la transmission de notre langue pour tous”. Celui-ci ajoutait que “Notre langue est le premier trésor français, celui qui nous relie tous et fait notre puissance mondiale. Elle ne doit donc pas être triturée ou abîmée”, en indiquant qu’après l’avoir bannie des usages administratifs, elle le serait également dans les usages pédagogiques.

Chose promise, chose due. « Dans le cadre de l’enseignement, la conformité aux règles grammaticales et syntaxiques est de rigueur », stipule la circulaire publiée ce jour au Bulletin officiel, adressée aux recteurs d’académie, aux directeurs de l’administration centrale et aux personnels du ministère de l’Education nationale. « Il convient de proscrire le recours à l’écriture dite ‘‘inclusive’’, qui utilise notamment le point médian pour faire apparaître simultanément les formes féminines et masculines d’un mot employé au masculin lorsque celui-ci est utilisé dans un sens générique », précise la circulaire.

L’écriture inclusive « constitue un obstacle à la lecture et à la compréhension de l’écrit », est-il écrit. «L’impossibilité de transcrire à l’oral les textes recourant à ce type de graphie gêne la lecture à voix haute comme la prononciation, et par conséquent les apprentissages, notamment des plus jeunes.» Aussi, l’écriture inclusive peut empêcher les enfants atteints de certains «handicaps ou troubles des apprentissages» d’accéder au français.

La circulaire encourage toutefois la féminisation des métiers et des fonctions. « Le choix des exemples ou des énoncés en situation d’enseignement doit respecter l’égalité entre les filles et les garçons, tant par la féminisation des termes que par la lutte contre les représentations stéréotypées. » Le ministre de l’éducation et ex directeur de l’Ecole de commerce ESSEC, conclut donc « Je vous remercie de veiller au respect de ces règles communes, qui participent de la promotion et de la garantie de l’égalité entre les filles et les garçons (…) mais aussi des enjeux fondamentaux de transmission de notre langue. »

N’oubliez pas de nous soutenir ! Souverainistes.info est un média 100 % gratuit et indépendant. Nous avons besoin de votre aide pour poursuivre notre travail d’information patriote quotidien 🇫🇷 Faites-nous un don !

Inscrivez-vous à notre Infolettre patriote ! 🇫🇷

Tous les soirs de semaine à 18h30, l'actu souverainiste dans votre boîte mel 📩

ARTICLES CONNEXES

Suivez-nous !

650FansJ'aime
2,839SuiveursSuivre
AbonnésS'abonner

Inscrivez-vous à notre Infolettre patriote ! 🇫🇷

Tous les soirs de semaine à 18h30, l'actu souverainiste dans votre boîte mel 📩

TENDANCES

Suivez-nous sur notre page Facebook !